Search

You searched for: Content Type Journal Article Remove constraint Content Type: Journal Article Publication Year within 25 Years Remove constraint Publication Year: within 25 Years Publication Year within 10 Years Remove constraint Publication Year: within 10 Years Publication Year within 5 Years Remove constraint Publication Year: within 5 Years Journal Cultures Conflits Remove constraint Journal: Cultures Conflits
Number of results to display per page

Search Results

  • Author: Gülçin Erdi Lelandais
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: La littérature sur la question de l'internationalisation des conflits mais aussi sur la transnationalisation des mouvements sociaux s'est considérablement développée depuis les années 1990. Toutefois, la plupart des recherches effectuées en la matière sont centrées sur l'altermondialisme dans des pays développés - notamment les Etats-Unis, les pays d'Europe du Nord, et en partie ceux d'Amérique latine–et néglige l'émergence et le développement de ce phénomène dans d'autres régions du monde, le Sud de la Méditerranée entre autres. Nous constatons également que les études sur l'altermondialisme ne se sont pas vraiment penchées sur les significations de ce phénomène dans cette aire géographique. Nous disposons de peu d'éléments sur l'implication des pays de cette région dans l'altermondialisme, ou sur son intensité et son apport. De nombreux ouvrages publiés en France tentent certaines généralisations sur ces mouvements à partir du seul exemple des altermondialismes en Europe. Ce type d'approches entraîne le risque d'amener trop rapidement à des conclusions non nécessairement vérifiées par des analyses de l'autre côté de la Méditerranée. Par ailleurs, ce problème peut être accentué par l'absence de visibilité des organisations sur les zones géographiques précédemment citées. L'intérêt médiatique, mais aussi universitaire, est ainsi souvent dirigé vers les mouvements occidentaux, et lorsqu'une activité contestataire relativement importante apparaît dans un pays extra-européen de la Méditerranée, elle ne paraît pas susciter le même degré d'intérêt que ses homologues étrangers.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Donatella Della Porta
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Le 30 novembre 1999, à Seattle, ville américaine devenue le symbole de la New Economy, environ 50 000 personnes protestent contre la 3e conférencede l'Organisation mondiale du commerce (OMC) réunie pour lancer leMillenium Round, un nouveau cycle de négociations visant à poursuivre lalibéralisation du marché, en particulier celles des investissements et des services publics. Les manifestations de Seattle avaient été lancées en 1999 à Genève parune coordination d'organisations de provenances diverses, qui s'étaient déjàmobilisées avec succès pour empêcher la signature d'un traité international, leMultilateral Agreement on Investment (MAI), accusé de réduire, au nom dulibre-échange, la capacité des Etats à intervenir sur les enjeux sociaux et environnementaux.Les manifestations contre le Millenium Round–précédéesd'assemblées et d'initiatives de diffusion d'informations dans le monde entire3x2013;ont été organisées par 1 387 ONG, syndicats, écologistes et églises de différentes confessions. Parmi les slogans des manifestations, on trouve ceux-ci : « Theworld is not for sale » ; « No globalization without participation » ; « We arecitizens, not only consumers » ; « WTO–Capitalism without conscience » ;« Trade: clean, green and fair ».
  • Political Geography: America
  • Author: Raphaël Canet
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: « Ce cycle global de luttes se développe sous la forme d'un réseau réparti. Chaque lutte locale fonctionne sous le modèle d'un point nodal qui communique avec tous les autres sans passer par un centre ou un axe de direction. Chaque lutte reste donc singulière et liée à des conditions locales, tout en étant immergée dans un réseau commun. Ce type d'organisation est ce qui se rapproche le plus d'une expression politique achevée du concept de multitude. »
  • Political Geography: France
  • Author: Gülçin Erdi Lelandais
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: « Notre rôle, c'est de casser dans la tête des individus l'idée que tout est comme ça et que rien ne pourrait changer. Il faut arriver à convaincre les gens que si on se réunit, si on résiste, tout est possible. C'était le cas du 1er mars. Tout le monde a cru que le Parlement voterait naturellement pour la participation à la guerre en Irak, mais toutes les organisations de la société civile, ensemble, ont organisé une mobilisation tellement forte que ça a cassé l'image dans l'esprit des gens que la mobilisation sociale ne peut jamais affecter les politiques gouvernementales. »
  • Political Geography: Europe
  • Author: Eric Cheynis
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: L'approche sociologique de la participation au Forum social mondial implique de tenir compte de plusieurs aspects des conditions de cette pratique. Il s'agit tout d'abord de la resituer dans un espace international de l'altermondialisme et de l'analyser comme imbriquée dans des rapports de forces entre pays. Les types de contraintes (politiques, économiques, linguistiques) qui pèsent sur elle, tout comme la pluralité des offres d'engagement et les multiples usages et appropriations que recouvre le terme « altermondialisme », doivent également être examinés. Par ailleurs, la diversité des modes d'investissement dans cet espace ne se comprend que rapportée aux processus d'accumulation différenciée de capital international et aux rôles joués par les acteurs et institutions qui en sont les intermédiaires.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Timothy Peace
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Depuis 2001, en France comme en Grande-Bretagne, les « musulmans » et les associations qui les représentent ont été amenés à participer à plusieurs occasions au mouvement altermondialiste. On a notamment pu le constater lors des Forum sociaux européens (FSE) qui se sont tenus dans les capitales de ces deux pays. Cet engagement s'étant récemment affaibli, il est possible d'y voir un cas d'« altermondialisme oublié ». On a souvent pointé ces pays en raison de leur attitude divergente vis-à-vis de leurs minorités respectives et sur la place qu'y occupe la religion dans la sphère publique. Ces deux cas offrent donc aux chercheurs l'opportunité d'étudier comment ces différentes conceptions affectent les mouvements sociaux et leurs participants. Nous souhaitons montrer dans cet article que l'élément le plus notable de cette mobilisation musulmane est l'impact de celle-ci sur des mouvements altermondialistes euxmêmes et la manière dont elle a remis en question leur propre représentation de mouvements ouverts et « tolérants ». De nombreux spécialistes des mouvements sociauxont remarqué le fait que les acteurs de ces mouvements doivent souvent faire face à des dilemmes causés par le poids des identités religieuses et la difficulté de faire coexister celles-ci avec d'autres critères d'identification . Cet article cherche à mettre ces difficultés en avant, ainsi que les limites de la supposée « tolérance » des acteurs « traditionnels » de l'altermondialisme, confrontés à la participation des musulmans. Les FSE servent de lieu de rencontre et de discussion pour une myriade de groupes se réclamant de la mouvance altermondialiste. Cependant, l'événement en lui-même consiste à la fois en un forum officiel et en un « espace alternatif / autonome » agissant comme un événement annexe, composé de tous les groupes qui rejettent le processus officiel d'organisation. A l'intérieur du mouvement lui-même, on fait souvent référence à ce clivage en usant de l'expression « horizontaux contre verticaux », chacun des groupes ayant des conceptions opposées de la politique, des enjeux du FSE et du mouvement en general . Nous étudierons ici uniquement les forums officiels - en particulier ceux qui se sont tenus en région parisienne en 2003 et à Londres en 2004 - et nous ne traiterons donc que des acteurs « verticaux ».
  • Topic: War
  • Political Geography: Afghanistan, France
  • Author: Marie-Emmanuelle Pommerolle, Johanna Siméant
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: 19 janvier 2007, dans le confortable hôtel Six-eighty , au centre de Nairobi. C'est la soirée du CRID, le Centre de recherche et d'informations pour le développement, un collectif de cinquante-quatre associations de solidarité internationale qui constitue la principale structure de coordination des organisations françaises au Forum social mondial (FSM). Alors que la soirée se poursuit et que chacun présente son organisation et « ses partenaires », tout à coup, un groupe de jeunes Kenyans, aidés par le groupe des No Vox , brandit des pancartes. Une jeune femme kenyane prend la parole au nom du People's Parliament , une organisation dont elle explique qu'elle n'a pas été suffisamment associée au FSM et au travail du comité local d'organisation. Wangui Mbatia évoque le prix de la participation au FSM (500 shillings kenyans, soit, explique-t-elle, une semaine de nourriture pour une famille pauvre). La jeune juriste, comme on l'apprendra par la suite, incarnera tout au long du forum la contestation d'une partie des militants kenyans à l'égard d'un forum souvent dénoncé comme « une conférence internationale de plus ». Pendant tout le forum également se posera la question de la représentativité du People's Parliament : des rumeurs et insinuations circulent sur sa responsable, qui a étudié aux Etats-Unis, et que l'on retrouvera quelques mois plus tard aux protestations contre le G8 de Rostock. Mais la question est plus générale : qui a le droit de parler au nom des pauvres du Kenya et de l'Afrique lors des grands événements militants internationaux ?
  • Political Geography: Kenya, Africa, Nairobi
  • Author: Odaci Luiz Coradini
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Ce texte s'attache à présenter les premiers résultats d'une étude toujours en cours menée sur le 5e Forum social mondial (FSM), qui s'est déroulé à Porto Alegre du 26 au 31 janvier 2005. Plusieurs axes d'analyse ont présidé à cette étude. Nous nous sommes d'abord intéressés aux significations que peuvent avoir des réferentiels idéologiques, tels que le tiers-mondisme ou l'altermondialisme, dans des conditions diverses. Puis nous avons étudié les modalités des relations qu'entretiennent les participants et les organisateurs du FSM avec l'espace politique.
  • Political Geography: France
  • Author: Miriam Perier, Mathieu Pernot
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Des études en sciences dures ont finalement convaincu cet homme de suivre son oil, préalablement aiguisé par une sorte de « mythologie familiale » de la photographie, un art qu'il a véritablement découvert lors de son cursus à l'Ecole nationale de photographie d'Arles.
  • Political Geography: France
  • Author: Julian Jeandesboz
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: La récente publication d'une « petite conférence sur la frontière », initialement prononcée le 18 novembre 2006 au Centre dramatique national de Montreuil, constitue un excellent prétexte pour revenir sur les réflexions menées par Etienne Balibar depuis plus de dix ans sur l'Europe, ses frontières et ses citoyens. La parution de cette « petite conférence », donnée devant un public majoritairement constitué de jeunes auditeurs, illustre à elle seule certaines des préoccupations de l'auteur quant au rôle général du travail (des) intellectuel(s) et quant au traitement d'une question qui, loin de n'être qu'un thème à laisser aux experts et aux militants, concerne également les sociétés et les citoyens européens dans leur ensemble. Son titre, Très loin et tout près, résume de manière simple l'une des préoccupations de la réflexion proposée par Balibar sur l'Europe, à savoir la nécessité de problématiser la constitution (à tous les sens du terme) d'un espace de gouvernement européen et les limites qui lui sont données sur le plan interne comme sur le plan externe par les acteurs dominants des processus d'européanisation communautaires, sous un angle politique qui serait celui d'un « droit de cité » conjoint aux ressortissants communautaires et extra-communautaires.
  • Political Geography: Europe