Search

You searched for: Content Type Journal Article Remove constraint Content Type: Journal Article Publishing Institution Cultures Conflits Remove constraint Publishing Institution: Cultures Conflits Political Geography Europe Remove constraint Political Geography: Europe
Number of results to display per page

Search Results

  • Author: Thierry Balzacq
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: L'élargissement de décembre 2004 a soulevé, pour l'UE, des questions stratégiques redoutables. Comment canaliser – et endiguer – les aspirations des uns et des autres à l'adhésion, sans compromettre la qualité des relations qu'elle souhaite entretenir avec les nouveaux Etats voisins ? Comment, dans ces conditions, construire une communauté de sécurité pluraliste à l'intérieur de l'espace de l'Union, sans que les voisins ne se sentent exclus ou – ce qui charrie des conséquences similaires – menacés ? Enfin, comment impliquer ces derniers dans la gestion des questions cruciales pour l'UE (immigration illégale, crime organisé, terrorisme, énergie) sans que cela ne soit vécu comme de l'ingérence ? De telles questions ne sont évidemment pas neutres par rapport à l'idée plus ou moins précise de ce que l'UE voudrait être, bien qu'elles ne se confondent pas avec elle. En effet, pour le dire autrement, l'élargissement n'a pas fait qu'intégrer de nouveaux Etats-membres, elle a aussi eu pour résultat immédiat d'instituer des lignes de séparation inédites et, par la suite, de porter les frontières externes de l'Union, à l'Est essentiellement, au contact d'une constellation de voisins jugés différents du point de vue économique, social et politique.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Ruben Zaiotti
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: La sécurité est un élément central de la Politique européenne de voisinage (PEV), une initiative récente de l'Union européenne à l'attention des pays qui, depuis la dernière vague d'élargissement de l'Union, se trouvent désormais aux frontières extérieures de l'Europe 1. L'objectif affiché de la PEV est en fait d'établir, autour des bordures de l'Europe, un « "cercle d'amis" – caractérisé par des relations étroites et pacifiques fondées sur la coopération 2 ». En d'autres termes, l'Europe rêve de la création d'une « communauté de sécurité 3 » pan régionale. Pour y parvenir, la PEV s'est dotée d'une série de mesures ayant pour but de protéger l'UE et ses voisins de menaces communes comme le terrorisme, l'immigration clandestine et le trafic de stupéfiants. Ces mesures sont toutefois présentées comme corollaires à la principale motivation qui voudrait que la PEV garantisse que cette communauté de sécurité devienne une réalité, notamment la promesse faite aux voisins de leur offrir un accès élargi au marché commun.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Sarah Wolff
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Au lendemain de la fin de la Guerre froide, les phénomènes de la « déterritorialisation » des menaces ainsi que de la reconceptualisation de la notion de frontières accompagnaient une transformation du concept de sécurité européenne. La globalisation et la transnationalisation des menaces ont en effet provoqué une altération progressive des notions de frontières intérieures et extérieures. Les frontières contemporaines, produit de constructions sociales et de cadres cognitifs, sont le résultat de l'émergence de nouvelles communautés sécuritaires qui dressent de nouvelles frontières entre « insiders » et « outsiders » Les entités géographiques comme l'Europe définissent leurs frontières selon leur propres perceptions et pratiques sécuritaires. Cela a conduit à l'apparition de nouveaux discours qui « ne font plus la distinction entre sécurité intérieure et sécurité extérieure », et se caractérisent par une vision large de la notion de sécurité, y incluant les questions énergétiques, les droits de l'Homme, les questions migratoires mais également le crime organisé.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Olivier Cahn
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Procéder à l'étude d'une décision de justice cinq ans après qu'elle a été rendue ne fait pas sens a priori . Cependant, deux motifs justifient de passer outre cette réserve. En premier lieu, un ouvrage publié récemment contient une anazlyse de cet arrêt qui confirme que, faute pour ce dernier d'avoir jusqu'à présent fait l'objet d'un commentaire par la doctrine française, l'appréhension de son apport et de ses implications demeure largement erronée En second lieu, et de manière plus déterminante, envisagée dans une perspective contemporaine et à la lumière d'éléments récents, il apparaît que cet arrêt présente une actualité pro- pre à alimenter, non la polémique, mais bien la réflexion. Il participe en effet d'une critique du traitement réservé par l'institution judiciaire française à l'acti- vité des services de police qui conserve sa pertinence et son acuité.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Georges-Henri Bricet des Vallons
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Apparue aux Etats-Unis dans les années 1960-1970, dans un contexte marqué par l'émergence des masses contestataires et des mouvements de défense des droits civiques, la théorie de la non-létalité a gagné à partir du début des années 1990 une place centrale dans la réflexion militaire sur les conflits asymétriques et la guerre urbaine. La mise en service à titre d'expérimentation en 2006 en Irak, dans le cadre de la politique de contre-insurrection, d'armes comme le Long Range Acoustic Device (LRAD) et l' Active Denial System (ADS) a signé une étape primordiale dans le développement de systèmes antipersonnels de nouvelle génération. L'apparition de ces armes à énergie dirigée amène à s'interroger sur la nature de la révolution scientifique et stratégique que tente de promouvoir la théorie de la non-létalité.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Jean-Paul Hanon
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: La restructuration des polices en Allemagne depuis le milieu des années 1990 et, parallèlement, la redéfinition des missions de la Bundeswehr constituent les développements marquants d'une politique étrangère allemande qui s'inscrit délibérément dans le cadre plus général de la politique européenne de sécurité commune, avec cependant quelques interrogations remarquables.
  • Topic: Politics
  • Political Geography: Europe
  • Author: Salvatore Palidda
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Les missions militaires italiennes à l'étranger au cours de ces dernières années peuvent être considérées comme un « fait politique total ». Elles sont en effet caractérisées et marquées par l'entrelacement de multiples aspects et acteurs de la société italienne ainsi que de leurs relations avec l'extérieur. Elles sont ainsi révélatrices des mutations économiques et politiques que ce pays a connues depuis la fin des années 1970. Nombre de ces aspects et acteurs, ainsi que les multiples interactions en jeu (directes et indirectes), ne sont pas évidents à analyser, les éléments empiriques nécessaires à une étude sociologique approfondie n'étant pas toujours disponibles. En effet, il s'agit d'un univers d'activités qui oscillent entre le public et le secret, et parfois même entre le légal et l'illégal (voir infra ). Par ailleurs, les perspectives interprétatives et d'analyse pour la recherche dans ce domaine ne semblent pas encore suffisamment adaptées aux changements qui se sont succédés depuis le début des années 1980 et davantage encore au cours de ces dernières années. En effet, les conséquences de la « Révolution dans les affaires militaires » (RAM), de la révolution technologique et du développement néo-libéral ont provoqué une prolifération et une hybridation de différents éléments et acteurs qu'il n'est pas toujours facile d'appréhender au travers d'un cadre d'analyse unitaire Cela est d'autant plus vrai que, si le développement des activités économiques et surtout financières des acteurs italiens à l'étranger sont apparemment tout à fait indépendantes des affaires militaires, les choix dans ce dernier domaine semblent pourtant de plus en plus conditionnés par les premières (et cela ne concerne pas seulement le marché des armements).
  • Political Geography: Europe
  • Author: Manon Jendly
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Cest principalement au nom de l'ordre et de la sécurité que se sont multipliés au fil des ans les centres de rétention administrative. Ces lieux de contrainte n'ont jamais cessé de se développer sous une pluralité de formes distinctes, depuis leur apparition au début du XIX e siècle et leur généralisation durant la Seconde Guerre mondiale. De nos jours, il apparaît que ces centres procèdent principalement d'une politique systématique d'exclusion, synonyme, le cas échéant, d'expulsion, qui inscrit notamment la figure de cet autre – l'étranger – au cour des préoccupations nationales des sociétés occidentales. L'intérêt de l'ouvrage ici recensé est de nous rappeler, par ses dimensions sociopolitiques et historico-juridiques, la propension de nos gouvernements à recourir davantage à l'internement administratif et, simultanément, l'inertie de notre conscience collective à s'emporter contre le caractère arbitraire et autarcique de cette pratique, réminiscence d'une mise au ban à durée indéterminée.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Didier Bigo
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Ce numéro de Cultures Conflits n'est pas un numéro thématique, contrairement à notre habitude. Néanmoins, malgré l'hétérogénéité de contributions venant de divers colloques et de textes proposés spontanément à la revue, il existe une sorte de fil d'Ariane qui court entre les articles et qui est sans doute le reflet du monde contemporain ainsi que des préoccupations de nombre de chercheurs quant aux implications de certaines pratiques sur les libertés contemporaines. Ce fil d'Ariane concerne la circulation des personnes, leur droit et leur capacité de mouvement à l'échelle internationale, leur liberté et leur désir de bouger ou de pouvoir rester sur place, et la volonté de contrôle des gouvernements – y compris démocratiques –de tracer les mouvements browniens de ces individus, de filtrer et trier ceux qui sont désirables et ceux qui sont indésirables, de recenser et garder en mémoire ces mouvements. Cela a pour but non seulement de fixer dans les bases de données le rapport que chaque individu a avec la circulation transfrontalière, mais aussi d'en tirer des leçons afin de construire des profils de personnalités, inconnues mais néanmoins considérées par analogie avec d'autres cas, comme présentant des risques : risques à la santé publique, à l'économie et aux bénéfices sociaux reçus par les citoyens et les personnes régulièrement entrées sur le territoire d'un Etat, à la sécurité publique. Ce risque, construit comme un calcul rationnel évaluant le comportement d'individus inconnus à travers des critères de dangerosité, analysé ex-post, à partir de cas précis du passé, tend à structurer une volonté de contrôle du futur des mouvements individuels, une volonté d'anticipation des trajectoires avant même qu'elles ne se réalisent. Le caractère hautement hasardeux de telles spéculations sur l'avenir de la part des agences de sécurité ou des acteurs privés qui les élaborent, de même que les doutes sur la validité du savoir qui constitue ces catégories, en particulier lorsque l'on cherche à déduire à partir de caractéristiques corporelles les comportements ou même les idées d'un individu donné, et encore plus d'un individu idéal typique construit comme matrice du danger potentiel, sont la plupart du temps mis de côté, « suspendus » au nom de l'urgence à faire quelque chose, à agir avant qu'il ne soit trop tard ; la scientificité apparente des moyens masquant la dimension astrologique des spéculations qui ont fondé ces analyses de risque où le « mythe est dense dans la science ». La tentative de réduire le futur à un futur antérieur et, dès lors, un futur lisible et connu, à partir duquel « prévenir » le pire, est sans doute le rationale ou la logique diagramatique qui traverse les différents dispositifs de pouvoir contemporain qui sont ici étudiés dans leurs spécificités. Ils ne conduisent pas tous et tout le temps à des pratiques d'exception, à des dérogations permettant à des formes intrusives de surveillance et de contrôle de se développer. Certains dispositifs sont même appelés de leurs voeux par des individus qui se sentent en permanence en situation de peur ou tout du moins d'inquiétude et dont les repères traditionnels sont changés par les transformations globales contemporaines concernant le marché du travail, les inégalités sociales, la formation de groupes d'experts. La surveillance des mouvements sous forme anticipatrice peut alors être réclamée par tous, en particulier par ceux qui pensent qu'ils n'en seront pas l'objet parce qu'ils bougent peu ou parce qu'elle ne s'appliquerait qu'aux autres, aux étrangers. La complicité active aux chaînes de servitude évoquée par La Boétie est bien actuelle, et elles se sont maintenant élargies à une demande d'auto-surveillance concernant non seulement les documents traçant les mouvements et les passages de frontières, mais aussi les corps eux-mêmes des sujets. Il en résulte un appesantissement de la surveillance et du contrôle des corps qui va au-delà des contrôles aux frontières, des visas et de la police à distance et qui s'institue à travers une nouvelle relation entre identifiants biométriques (toujours plus interne et non modifiable par l'individu) et instantanéité des échanges d'information entre bases de données informatiques interopérables à l'échelle, sinon mondiale, du moins transatlanti- que, tout au moins pour un certain nombre de services chargés du renseignement et de la lutte contre la violence politique, le crime et, de plus en plus, les irrégularités de passage des frontières. Quand cet appesantissement de la surveillance au nom de la prévention s'opérationnalise dans des contrôles a priori s'appuyant sur des logiques de suspicion portant sur des groupes particuliers, marqués par leurs appartenances religieuses, ethniques ou minoritaires et par leurs motivations idéologiques, il débouche souvent sur des pratiques illibérales, visant à s'extraire des règles élémentaires de contrôle démocratique, et débouche sur ces archipels d'exception qui sont à l'oeuvre aussi bien dans les camps de type Guantanamo, dans les enlèvements de suspects par les services de renseignement et leur remise à d'autres services qui s'autorisent la torture, que dans les formes plus bénignes a priori pour l'individu, mais plus généralisées, de centres de détention pour étrangers aux frontières ou en amont de celles-ci ou encore, de manière moins visible, par des politiques préemptives d'interdiction de visa empêchant les personnes de se déplacer là où elles désiraient se rendre. L'hétérogénéité de ces dispositifs et de leurs effets sur les individus empêche d'y voir, à notre avis, une seule logique implacable, celle d'une modernité technocratique transformant les individus en individus réduits à leur bios, et leur niant leurs formes de vie institutionnelles. Les résistances sont diverses, multiples et les projets des programmes d'exception n'ont pas la même teneur selon qu'il s'agit d'emprisonner indéfiniment ou de renvoyer le plus vite possible un indésirable. Mais, on le verra, le débat est ouvert entre les auteurs qui, comme Agamben, y voient une tendance lourde des sociétés contemporaines, dépassant de loin les effets du 11 septembre, mais reconnaissant son impact accélérateur, et ceux qui insistent sur les spécificités de chaque dispositif et les normes et valeurs libérales qui contraignent les gouvernements qui s'en réclament et qui ont dans leur société des contre-pouvoirs effectifs, ainsi qu'une tradition enracinée de libertés publiques.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Ulrich Beck
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: L'Europe ne peut devenir un Etat ni une nation, et elle ne le fera pas. Elle ne peut donc être pensée en termes d'Etat-nation. Le chemin vers l'unification de l'Europe ne passe pas par l'uniformisation, mais plutôt par la reconnaissance de ses particularités nationales. La diversité est la source même du potentiel de créativité de l'Europe, le paradoxe étant que la pensée nationaliste peut être le pire ennemi de la nation. L'Union européenne est plus à même de faire avancer les intérêts nationaux que ne le feraient les nations en agissant seules.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Paolo Cuttitta
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Comment les frontières du pouvoir territorial – c'est-à-dire les frontières des Etats et d'autres entités politiques territoriales, comme l'espace Schengen et l'Union européenne – opèrent et se manifestent-elles dans le champ de la gestion de l'immigration ? Telles sont les questions auxquelles nous tenterons de répondre dans cet article.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Michel Peraldi
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Sous le terme général d'« économies criminelles », on rassemble usuellementdes activités qui visent la production, la circulation, la commercialisation deproduits interdits d'un point de vue moral ou légal, des activités dont l'organisation et l'effectuation incorporent une part de violence physique réellementexercée ou potentiellement présente dans l'organisation même du cycle productif, et enfin des activités menées par des individus, des groupes marginaux oudéviants, dans des conditions de totale ou de relative clandestinité. En Italie, oùles recherches sur ce thème ont certainement la plus grande ampleur historique,théorique et empirique, les chercheurs ont complété cette définition en spécifiant que ces économies criminelles sont le fait de groupes organisés et hiérarchisés, fondés sur des codes et des rituels d'appartenance (mafia, camorra, n'dranghetta, etc.). Vaille que vaille donc, et surtout à la lumière des travaux italiens ouanglo-saxons pionniers en la matière, il semblait établi que les économies criminelles concernaient des comportements économiques aberrants, parasites, archaï-ques, caractéristiques de groupes, d'individus ou de territoires marginalisés, lorsque les défections ou les faiblesses de l'Etat rendaient possible le développementd'une « autorité politique extralégale ». R. Sciarrone précise ainsi que même si cesgroupes ont pu s'emparer de domaines économiques et développer leurs affaires jusqu'à l'échelle mondiale, ils ne changent rien à la force et la nécessité de leurancrage territorial. Ajoutons enfin une dimension méthodologique essentielle :l'identification de ces acteurs sociaux, individuels ou collectifs passe d'abord parun signalement judiciaire ou policier. C'est en effet d'abord parce que leurs activités tombent sous le coup de la loi et que cellesci font l'objet de poursuites, queles groupes ou les individus sont « observables » dans des conditions où les chercheurs sont quasi exclusivement tributaires des données policières ou judiciaires.En poussant le raisonnement, on peut alors se demander si le caractère spécifiquede leurs activités n'est pas purement déduit, par nature en quelque sorte, ducaractère délictueux ou criminel de leurs pratiques. En somme, s'il n'y avait nimeurtres ni violence, pourrait-on parler d'économies criminelles comme d'unregistre identifiable, observable de faits économiques ? Parallèlement au débatitalien sur la nature économique, institutionnelle et sociale des organisationsmafieuses, ravivant la question de la nature « moderne » et capitaliste des entrepreneurs criminels, on assiste aujourd'hui à un double phénomène qui rendnécessaire un retour d'analyse sur l'évolution des phénomènes économiques ditcriminels vers la globalisation. D'une part, les organisations criminelles investissent tôt ou tard les économies « légales », et la question se pose alors de l'efficience économique directe des comportements et méthodes mafieux, qui ne peuvent plus alors être ramenés à des mécanismes aberrants ou parasites puisqu'ilssont alors au cour de l'économie. L'apparition de phénomènes criminels dans lesanciens pays du bloc socialiste notamment et surtout le moment de leur apparition, comme immédiate recomposition d'acteurs issus directement des mondesdirigeants de l'ancien régime, pose à notre sens de manière radicalement nouvelle la question des relations entre les acteurs, logiques et dispositifs de l'économie criminelle et ceux des économies « vertueuses ».
  • Political Geography: Europe
  • Author: Jérôme Valluy
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Annoncée à la télévision le 8 mars 2007 par le candidat Nicolas Sarkozy, la création du ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Codéveloppement a d'abord été en France une promesse électorale, un sujet de campagne et aurait pu connaître le sort d'autres idées de ce genre : être oubliée ou reformulée une fois le candidat arrivé au pouvoir. On pouvait alors se demander s'il ne s'agissait que d'un simple gadget de campagne, destiné à ratisser les voix de l'extrême droite, ou d'un axe idéologique et stratégique de recomposition de la droite autour de son nouveau leader . Le 18 mai 2007, l'annonce de la composition du gouvernement apporte des éléments de réponse : non seulement le nouveau ministère est bien là, mais en bonne position dans l'organigramme, confié de surcroît au plus fidèle collaborateur du nouveau président, avec un intitulé « à rallonge » qui laisse augurer d'un champ de compétence extensible, logé rue de Grenelle à proximité des Affaires sociales et du ministère de l'Education. On pouvait alors se demander encore si ce nouveau ministère serait éphémère, comme d'autres dans le passé (« temps libre », « économie solidaire », etc.), ou durable comme certains ministères récents (« culture », « environnement », etc.).
  • Political Geography: Europe
  • Author: Olivier Le Cour Grandmaison
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Annoncée à la télévision le 8 mars 2007 par le candidat Nicolas Sarkozy, la création mmigrés, « clandestins », « flux migratoires » et menaces diverses supposées peser sur la France en raison de la présence de « trop nombreux étrangers » que l'on dit mal intégrés à la société : vieille est cette antienne. En mai 2007, c'est elle qui a justifié la création, sans précédent connu, d'un ministère ad hoc doté de compétences multiples qui vont de la « gestion » de l'immigration à la défense de l'identité nationale en passant par l'intégration et le co-développement. Vaste programme. Pour l'heure, cette nouvelle administration et celui qui en a la charge se font surtout connaître par une activité menée avec un acharnement que rien ne vient tempérer : les expulsions massives d'étrangers en situation irrégulière pratiquées dans la continuité des orientations mises en ouvre par l'ancien ministre de l'Intérieur devenu président de la République. Comme le prouvent certains documents présents sur le site officiel du ministère que dirige Brice Hortefeux, une telle politique permet, conformément à la « culture du résultat » aujourd'hui de saison, de faire croire aux Français qu'en ces matières, le chef de l'Etat et le gouvernement font ce qu'ils disent et disent ce qu'ils font. Nouveauté ? Rupture, comme l'affirme le credo présidentiel relayé par de nombreux experts en communication ? A rebours de ce bruit médiatique savamment orchestré, on s'interro gera sur les origines républicaines, et la permanence d'un racisme et d'une xénophobie d'Etat que l'on découvre déjà présents dans les années 1920. Quels ont été leurs ressorts anthropologiques, ethnologiques et politiques ? Dans quelles circonstances ont-ils surgi ? Quelles furent alors, pour les populations coloniales visées, les conséquences juridiques des dispositions adoptées ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles nous chercherons à répondre.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Jérôme Valluy
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: L'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), qui accordait en 1973 le statut de réfugié à 85 % des exilés demandant l'asile, en 1990, le refuse à 85 % d'entre eux, au terme d'un retournement progressif mais rapide, en moins de vingt ans . L'élévation tendancielle des taux de rejets des demandes d'asile s'amorce dès le début des années 1970 (voir le graphique n°1) et se prolonge jusqu'à aujourd'hui où l'OFPRA rejette près de 95 % des demandes d'asile, la Commission des recours des réfugiés (CRR), juridiction d'appel contre les décisions de l'OFPRA, ramenant ce taux de rejet à 85 % environ. Durant ces quarante ans, le nombre total d'étrangers entrant annuellement en France, sous des titres de séjours divers, n'a pourtant jamais cessé de diminuer passant de 390 000 en 1970 à 192 000 en 1981 et 54 000 en 2004 , ou, pour l'exprimer autrement, à plus de 200 000 par an en moyenne durant les années 1960 à moins de 100 000 par an dans cette dernière décennie et la proportion d'immigrés par rapport à la population totale est demeurée stable de l'ordre de 7,5%.
  • Political Geography: Europe
16. Fragmenta
  • Author: Laurence Corbel, Ilias Poulos
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Alors que la fin de la Seconde Guerre mondiale marque, pour la plupart des pays occidentaux, le début d'une ère de paix, de prospérité et d'espoir pour l'avenir, la Grèce a vu la guerre antifasciste se transformer en guerre civile entre la résistance de gauche et le gouvernement en place. A la fin de cette guerre, en 1949, des milliers de civils et de combattants ont dû quitter e pays par peur des représailles. La population civile a été éparpillée un peu partout en Europe de l'Est.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Gülçin Erdi Lelandais
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: La littérature sur la question de l'internationalisation des conflits mais aussi sur la transnationalisation des mouvements sociaux s'est considérablement développée depuis les années 1990. Toutefois, la plupart des recherches effectuées en la matière sont centrées sur l'altermondialisme dans des pays développés - notamment les Etats-Unis, les pays d'Europe du Nord, et en partie ceux d'Amérique latine–et néglige l'émergence et le développement de ce phénomène dans d'autres régions du monde, le Sud de la Méditerranée entre autres. Nous constatons également que les études sur l'altermondialisme ne se sont pas vraiment penchées sur les significations de ce phénomène dans cette aire géographique. Nous disposons de peu d'éléments sur l'implication des pays de cette région dans l'altermondialisme, ou sur son intensité et son apport. De nombreux ouvrages publiés en France tentent certaines généralisations sur ces mouvements à partir du seul exemple des altermondialismes en Europe. Ce type d'approches entraîne le risque d'amener trop rapidement à des conclusions non nécessairement vérifiées par des analyses de l'autre côté de la Méditerranée. Par ailleurs, ce problème peut être accentué par l'absence de visibilité des organisations sur les zones géographiques précédemment citées. L'intérêt médiatique, mais aussi universitaire, est ainsi souvent dirigé vers les mouvements occidentaux, et lorsqu'une activité contestataire relativement importante apparaît dans un pays extra-européen de la Méditerranée, elle ne paraît pas susciter le même degré d'intérêt que ses homologues étrangers.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Gülçin Erdi Lelandais
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: « Notre rôle, c'est de casser dans la tête des individus l'idée que tout est comme ça et que rien ne pourrait changer. Il faut arriver à convaincre les gens que si on se réunit, si on résiste, tout est possible. C'était le cas du 1er mars. Tout le monde a cru que le Parlement voterait naturellement pour la participation à la guerre en Irak, mais toutes les organisations de la société civile, ensemble, ont organisé une mobilisation tellement forte que ça a cassé l'image dans l'esprit des gens que la mobilisation sociale ne peut jamais affecter les politiques gouvernementales. »
  • Political Geography: Europe
  • Author: Eric Cheynis
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: L'approche sociologique de la participation au Forum social mondial implique de tenir compte de plusieurs aspects des conditions de cette pratique. Il s'agit tout d'abord de la resituer dans un espace international de l'altermondialisme et de l'analyser comme imbriquée dans des rapports de forces entre pays. Les types de contraintes (politiques, économiques, linguistiques) qui pèsent sur elle, tout comme la pluralité des offres d'engagement et les multiples usages et appropriations que recouvre le terme « altermondialisme », doivent également être examinés. Par ailleurs, la diversité des modes d'investissement dans cet espace ne se comprend que rapportée aux processus d'accumulation différenciée de capital international et aux rôles joués par les acteurs et institutions qui en sont les intermédiaires.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Julian Jeandesboz
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: La récente publication d'une « petite conférence sur la frontière », initialement prononcée le 18 novembre 2006 au Centre dramatique national de Montreuil, constitue un excellent prétexte pour revenir sur les réflexions menées par Etienne Balibar depuis plus de dix ans sur l'Europe, ses frontières et ses citoyens. La parution de cette « petite conférence », donnée devant un public majoritairement constitué de jeunes auditeurs, illustre à elle seule certaines des préoccupations de l'auteur quant au rôle général du travail (des) intellectuel(s) et quant au traitement d'une question qui, loin de n'être qu'un thème à laisser aux experts et aux militants, concerne également les sociétés et les citoyens européens dans leur ensemble. Son titre, Très loin et tout près, résume de manière simple l'une des préoccupations de la réflexion proposée par Balibar sur l'Europe, à savoir la nécessité de problématiser la constitution (à tous les sens du terme) d'un espace de gouvernement européen et les limites qui lui sont données sur le plan interne comme sur le plan externe par les acteurs dominants des processus d'européanisation communautaires, sous un angle politique qui serait celui d'un « droit de cité » conjoint aux ressortissants communautaires et extra-communautaires.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Mathile Darley
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Les postes frontières sont sans doute la manifestation la plus évidente de l'implantation dans l'espace d'un élément de discontinuité (le poste et son aménagement architectural) explicitement affecté au contrôle des individus souhaitant entrer sur le territoire national ou en sortir. Souvent premiers points de contact du voyageur avec l'Etat sur le territoire duquel il pénètre et, à ce titre, premiers représentants de l'Etat-nation, les gardes-frontières incarnent l'ordre étatique légitime. A travers la matérialisation architecturale du poste frontière, l'Etat donne à voir le contrôle qu'il entend exercer sur son territoire par le filtrage des voyageurs cherchant à y pénétrer (ou à en sortir). De ce fait, les frontières ont souvent été présentées, notamment dans les nombreux travaux de recherche développés sur ce thème depuis le début des années 1990, comme le lieu privilégié d'investigation et d'interprétation des aspects symboliques de l'Etat, puisque s'y exerce « l'autorité souveraine de l'Etat d'exclure ». A cela s'ajoute le rôle croissant qu'on leur reconnaît géné ralement dans le dispositif politique, dans un contexte d'évolution supposée des risques sécuritaires vers des formes de plus en plus transfrontalières et non plus « stato-centrées ».
  • Political Geography: Europe
  • Author: Sarah S. Willen
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Depuis le début de l'année 2007, près de 10 000 hommes, femmes et enfants venant d'Afrique–pour la plupart du Darfour, du Sud6Soudan et de l'Erythrée–ont traversé la longue frontière poreuse entre Egypte et Israël pour demander l'asile En Israël, cet afflux inattendu de demandeurs d'asile a généré beaucoup de controverses politiques, d'attention publique et d'activités militantes locales. D'un côté, la récente affluence de réfugiés est abordée et débattue du point de vue de l'autodéfinition démographique que s'est attribuée le pays en tant qu'Etat « juif et démocratique ». Elle est travaillée par un sentiment que l'on pourrait qualifier d'« inquiétude démographique » devant la probabilité d'un afflux imminent bien plus important de réfugiés en provenance de pays africains en crise. D'un autre côté, toutefois, ces discussions sont déterminées par le fait que certains de ces demandeurs d'asile ont vécu des horreurs faisant écho à la mémoire collective juive-israélienne de la Shoah ou de l'Holocauste : ceux qui ont fui ce que la communauté internationale décrit comme le génocide du Darfour. En d'autres termes, ces dispositions israéliennes en faveur d'un sous-groupe spécifique de réfugiés ne dépendent pas simplement du fait que ces individus ont fait l'expérience d'une souffrance et d'un exil, mais elles tiennent plutôt à une proximité entre la forme particulière de souffrance à laquelle ils ont été exposés et les souffrances subies par les juifs dans l'Europe nazie–proximité qu'un journaliste qualifie d'« affinité de génocide ».
  • Political Geography: Europe, Israel
  • Author: Christophe Wasinski
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: En tant qu'outil traditionnel du pouvoir, il est légitime que les forces armées fassent l'objet d'attention notamment de la part de représentants politiques, de journalistes, de membres d'organisations non gouvernementales et, bien entendu, de chercheurs. Cette attention porte très régulièrement sur le déroulement et les résultats des opérations. Ainsi, les victimes civiles et militaires des conflits provoquent ponctuellement des débats publics, plus ou moins importants relatifs aux engagements et aux moyens mis en oeuvre. C'est d'ailleurs le cas de nos jours, à propos de l'Irak, dans plusieurs Etats membres de la coalition attaquante. Il arrive également que des questions portant sur le matériel militaire déclenchent d'importantes réactions populaires. En guise d'exemple on se souviendra des impressionnantes manifestions qui avaient suivi la décision de déployer des missiles nucléaires américains en Europe occidentale (les « euromissiles ») au début des années 1980. Enfin, la légitimité des doctrines militaires sous-jacentes aux actions des forces armées peut être mise en question. Cela a par exemple été régulièrement le cas par des chercheurs de sciences politiques spécialisés dans le domaine des relations internationals. Bien qu'elle provoque rarement le déplacement de foules contesta- trices cette dernière forme d'investigation est essentielle dans la mesure où elle interroge l'essence même des pratiques militaires. La doctrine militaire codifiant la raison d'être de l'institution, son analyse paraît incontournable (au même titre qu'il parait incontournable que la société puisse enquêter et légiférer, par exemple sur les techniques de production des biens alimentaires).
  • Political Geography: Europe
  • Author: Antonia Garcia Castro, Tomas Ruiz-Rivas
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: « Cependant, cela ne fait pas de doute que la société a besoin de constructions symboliques, et plus encore quand elle affronte des faits si difficiles à assumer par la raison. Et c'est de cela dont nous allons parler aujourd'hui, demain et après-demain. Du rôle que joue ou peut jouer l'art dans un débat plus large sur les disparus, de la possibilité de la représentation de l'horreur, des limites de cette représentation et de sa transcendance, ou de sa non-transcendance, politique, et aussi de la question de savoir si les arts du visuel peuvent construire des "lieux". Si elles peuvent jouer un rôle dans la restitution du disparu au temps historique duquel il a été arraché ».
  • Political Geography: Europe
  • Author: Cedric Audebert, Nelly Robin
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Au début de l'année 2006, l'opinion internationale s'est émue du naufrage, aux frontières de l'Europe, de milliers d'émigrants clandestins subsahariens, dont le destin tragique rappelle celui des boat people antillais ayant tenté de rejoindre les Etats-Unis au cours des trois dernières décennies. Quoique la dimension politique ait joué un rôle majeur dans la genèse des premiers flux massifs de boat people haïtiens et cubains dans les années 1960, les migrations maritimes subsahariennes et caribéennes répondent à des déterminants similaires. Elles expriment l'acuité de la crise économique sévissant dans les pays d'origine et correspondent à une demande sociale, dans un contexte où la migration de l'individu est perçue comme un préalable nécessaire à l'ascension sociale du collectif familial.
  • Political Geography: United States, America, Europe
  • Author: Alessandro Dal Lago
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Ils ont quitté l'Afrique la veille de Noël pour partir à la recherche d'une vie meilleure en Europe. Au lieu de cela, le bateau à bord duquel ils se trouvaient a conduit les migrants à la mort, allant à la dérive sur 2000 miles à travers l'Océan Atlantique jusqu'à l'île Barbade dans les Caraïbes.
  • Political Geography: Europe, Atlantic Ocean
  • Author: Stephan Davidshofer, Dick Marty
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Cet entretien a été réalisé avec Dick Marty qui a maintes fois été activement confronté – au long de sa carrière de Parlementaire mais également de magistrat – à la défense de l'Etat de droit et des libertés civiles. Cet entretien porte notamment sur les suites de son action en tant que rapporteur pour le compte du Conseil de l'Europe sur l'affaire dite des prisons secrètes de la CIA en Europe dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme » depuis les attentats du 11 septembre 2001 2, ainsi que sur son « actualité » visant à replacer la défense de l'Etat de droit au centre des enjeux de la lutte contre le terrorisme.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Gülçin Erdi Lelandais
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: L'exode rural qui se développe fortement en Turquie à partir des années 1950 a entraîné à la périphérie d'Istanbul l'apparition de gecekondu (bidonvilles) , puis leur multiplication en raison à la fois de l'absence de politiques publiques d'aménagement urbain d'une part, et des calculs électoraux des responsables politiques de l'autre. L'ouverture des négociations avec l'Union européenne en 2006 et le choix d'Istanbul comme capitale culturelle de l'Europe pour l'année 2010 ont été l'occasion pour la Turquie de mettre sur pied un vaste projet de transformation urbaine dont un des aspects est la destruction des bidonvilles pour les remplacer rapidement par des cités d'immeubles construites par Toplu Konut Idaresi (TOKI), institution publique de construction de logements collectifs. Contrairement aux années 1980 et 1990 où ce type de construction était localisé dans les quartiers périphériques il s'agit maintenant, au coeur des villes, de restructurer des zones considérées comme insalubres, mais à fort potentiel immobilier, pour y installer des populations socialement et financièrement aisées.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Joseph Soeters, Delphine Resteigne
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: La coopération multinationale dans le registre militaire n'est pas quelque chose de tout à fait nouveau. Même si l'on en parle davantage depuis ces dernières années, déjà pendant la Seconde Guerre mondiale, les forces alliées opéraient côte à côte contre l'ennemi. Ainsi, la libération du continent européen fut le résultat de l'effort collectif des troupes issues de différents pays. Et si chacune agissait de manière relativement isolée et visait des objectifs propres, toutes ces actions étaient cependant coordonnées dans le cadre d'une seule et même mission menée sur le vieux continent. Tout au long de l'histoire, nous pouvons relever d'autres exemples d'actions militaires multinationales que ce soit en Europe ou ailleurs comme, par exemple, le soutien apporté aux otages occidentaux pendant la révolte des Boxers à Pékin il y a plus d'une centaine d'années. Dans cette action courte mais décisive, le corps expéditionnaire (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Italie, Allemagne et Empire austro hongrois), allié aux unités russes et japonaises, réussit rapidement à s'assurer la victoire et ce, malgré certaines tensions durant la marche vers Pékin. Toutefois, par rapport à ces précédentes collaborations, les coalitions militaires actuelles sont devenues incontournables et ne constituent plus, comme autrefois, des cas de figure isolés. Depuis la fin de la guerre froide, quatre facteurs ont encouragé cette coopération croissante entre les armées nationales. Premièrement, cette collaboration accrue est liée à la professionnalisation des forces armées car, avec la fin de la conscription observée dans un nombre croissant de pays, toute une série de changements structurels et institutionnels ont été entrepris pour réduire les effectifs de forces. Dans certains pays, comme en Belgique, cette diminution a été renforcée par les effets négatifs d'une pyramide des âges déséquilibrée et par un manque de jeunes recrues pouvant être déployées en opérations. Deuxièmement, avec la fin de la menace soviétique (et plus récemment les effets de la crise financière sur les budgets nationaux), nous avons assisté à une diminution importante des montants consacrés aux dépenses militaires. Aussi, les différentes armées ont été de plus en plus enclines à unir leurs efforts pour éviter toute duplication inutile de moyens. Troisièmement, en raison de menaces plus diffuses, les tâches opérationnelles nécessitent que les effectifs soient maintenus pour des durées d'intervention plus longues. La nature des missions ayant gagné en complexité, les militaires doivent à la fois faire preuve de flexibilité tout en étant spécialistes, ce qui complique d'ailleurs la détermination a priori de scénarios d'engagement. Enfin, cette collaboration internationale est également facilitée par les progrès technologiques observés dans le domaine des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) qui améliorent l'échange d'informations et la coordination entre les différents intervenants. Dès lors, comme c'est le cas dans le domaine des affaires et du commerce international, la coopération militaire multinationale n'est plus confinée à quelques rares missions et, à un niveau plus macro-structurel, elle est même devenue indispensable. Dans une Europe composée d'une myriade de petits pays, nous avons ainsi progressivement assisté à une augmentation et à une institutionnalisation des composantes militaires multinationales comme l'Eurocorps, les Corps germano-néerlandais, germano-français ou encore nord-est. A cela, se sont récemment ajoutés, depuis début 2007, les groupements tactiques européens qui servent à la fois d'instrument opérationnel de gestion de crises et d'outil de transformation militaire européenne. Du côté de l'OTAN également, tant du côté du volet opérations que de la transformation, nous retrouvons également des configurations organisationnelles multinationales. Pour les « petits » pays, ces collaborations présentent certains avantages et permet tent ainsi de prendre part simultanément à différentes missions sans pour autant prendre en charge la totalité des coûts liés à un déploiement opérationnel. Ce partage des coûts et des risques permet ainsi de déployer des capacités dans des domaines d'action liés à des niches de compétences spécifiques. Mais, à l'heure actuelle, aussi pour s'assurer une certaine légitimité, cette collaboration multinationale est également soutenue par les plus grands pays, comme l'illustrent les récentes coalitions engagées en Irak ou en Afghanistan. Nous avons aussi assisté à un phénomène de centralisation opérationnelle au sein d'états-majors interarmés mais nous remarquons, et c'est ce qui fait l'objet du présent article, que cette multinationalisation ne s'observe plus uniquement au niveau des fonctions d'états-majors mais commence à descendre vers les plus bas échelons de la hiérarchie, pour certaines fonctions spécialisées ou lors des temps libres tout du moins. Ainsi, lorsqu'ils sont déployés dans des théâtres d'opérations, les militaires partagent les mêmes camps avec d'autres militaires étrangers avec lesquels ils seront parfois aussi amenés à travailler, même si certains obstacles continuent à ralentir ce processus descendant de multinationalisation. En outre, depuis quelques années, la composition plus diverse des forces d'intervention a été renforcée par une plus grande diversité interne liée à l'ouverture des forces armées à de nouvelles catégories de personnel. En opérations, cette complexité organisationnelle se voit en outre renforcée par deux autres facteurs de diversité à savoir le caractère interforces, liées à la présence de différentes spécialités et composantes et le caractère interagences de par la collaboration avec les intervenants civils. Dans les lignes qui suivent, nous ne nous pencherons pas sur ce dernier point, mais nous nous limiterons plutôt à la coopération militaire multinationale. Avec, en toile de fond, ce contexte de plus grande diversité – interne et externe –, l'objectif visé dans le présent article est, d'une part, de revenir sur la notion même de culture pour avancer une approche pragmatique et différenciée de culture militaire. Ensuite, dans une perspective plus empirique, il s'agit d'analyser les stratégies de coopération relevées dans plusieurs études de cas menées in situ ainsi que les obstacles majeurs qui continuent d'entraver une intégration accrue.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Xavier Crettiez
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Alors que l'actualité ne cesse d'égrener son lot d'arrestations de militants nationalistes basques et que chaque prise policière est l'occasion d'annoncer la mauvaise santé de l'organisation ETA en même temps que de poser un regard enthousiaste sur l'efficacité de la coopération franco-espagnole, paraissent deux ouvrages de bonne facture sur la violence au Pays Basque.
  • Political Geography: Europe, Paris
  • Author: Jean-Baptiste Harguindeguy, Romain Pasquier
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Les études sur le multiculturalisme et les politiques linguistiques – encore peu diffusées en France – ont connu un grand essor dans l'ensemble de l'Europe depuis les années 1980. C'est dans le but de combler cette lacune que nous avons pris l'initiative d'organiser une session thématique consacrée aux mobilisations ethnolinguistiques en Europe lors du 10e Congrès de l'Association Française de Science Politique à Grenoble en septembre 2009. Ce numéro de la revue Cultures Conflits vise à prolonger cet effort en se centrant sur les mobilisations de défense et de promotion des langues régionales en Europe.
  • Political Geography: Europe, France
  • Author: Rada Ivekovic
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Nos catégories sociologiques ont une histoire. Elles sont souvent normatives et stigmatisantes. Après les évictions brutales d'Italie depuis plusieurs années, depuis les traitements douteux qui leur sont administrés en Slovaquie ou en Roumanie en guise de remède, depuis leur déportation de France à l'été 2010, nous n'entendons plus beaucoup parler des Roms. Certes, il y a eu des protestations et des pétitions. Les Roms ne suscitent aucun intérêt public à plus grande échelle pour les mêmes raisons qui font qu'ils sont ainsi traités. Il y a des réactions scandalisées ou « alibis » sur le moment, mais personne ne pense sérieusement à résoudre ce problème européen, car il est constitutif de nos sociétés. Il faudra qu'ils se mobilisent par eux-mêmes. Or, ils sont dispersés, et leurs associations sont « culturalisées », « misérabilisées » et dépolitisées. Ils sont bien au-delà des « lignes abyssales » comme dirait Boaventura de Sousa Santos .
  • Political Geography: Europe, Rome
  • Author: Nando Sigona
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Lors d'une récente communication au Parlement et au Conseil européen, la Commission européenne (2011) est revenue sur la question des Roms, suite aux événements relatifs aux expulsions de Roms roumains par la France l'été dernier. Cette intervention était très attendue car la Commission avait jusque là évité de prendre position sur ce sujet, laissant l'initiative aux États membres . Cette réticence était d'autant plus marquée lorsque les Roms résidaient dans les États membres les plus riches. Dans cette communication qui pose les lignes directrices d'une intervention de coordination européenne pour les stratégies nationales d'intégration des Roms, la Commission explique que les 10 à` 12 millions de Roms qui vivent en Europe, et dont la moitié réside au sein de l'Union Européenne (UE), sont victimes de « préjugés, d'intolérance, de discriminations et d'exclusion sociale » et que ces facteurs conditionnent de nomb...
  • Political Geography: Europe, Rome
  • Author: Mark B. Salter
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Aux yeux du Conseil de l'Europe et de l'Union européenne, de même que pour plusieurs États européens, le groupe connu sous le nom de « Roms » pose un problème de nature politique : ce groupe remet en question les conceptions d'identité nationale, de lieu, d'appartenance, de territoire, de citoyenneté et de droits. Il est difficile de définir de façon empirique la « communauté » rom, que ce soit relativement à la taille de sa population (entre huit et douze millions), à sa localisation (partout en Europe), à ses caractéristiques ethniques, ou encore à l'existence d'une culture ou d'une langue commune (par exemple, si plusieurs dialectes Roms sont mutuellement compréhensibles, d'autres ne le sont pas). Cependant, d'un pays à l'autre, les différentes communautés identifiées en tant que Roms souffrent manifestement de discriminations ethniques et raciales ? de difficultés aux chapitres de l'intégration, de la mobilité et de l'assimilation ? en plus d'être souvent victimes d'attaques vio...
  • Political Geography: Europe, Canada, Rome
  • Author: Judit Tóth
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Le projet visant à établir un État de droit après la rupture de 1989 n'a pas eu pour conséquence un progrès politique, économique ou social pour les Roms dans les pays d'Europe centrale et orientale – mis à part, peut être, la liberté d'exprimer leurs griefs. Le fort taux de chômage au sein de la communauté rom (dissimulé durant la période communiste), une discrimination désormais plus ouverte (que la politique officielle égalitariste était parvenue à minimiser), la ségrégation dans des ghettos et des écoles spéciales, la violence ethnique et la brutalité de la police sont dès lors apparus comme des « nouveautés ». Ce sont pourtant des faits bien connus et traités par nombre d'agences et d'organismes, dont l'Union européenne, le Parlement européen, le Conseil de l'Europe, la Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI), l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), le Haut-commissariat pour les minorités nationales, l'Agence des droits fondam...
  • Political Geography: Europe, Rome
  • Author: Alejandro Eggenschwiler, Anaïs Faure Atger
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: En 1999, le Traité d'Amsterdam a établi les fondations de l'Espace européen de liberté, de sécurité et de justice (ELSJ). Celuici prévoit l'harmonisation des lois dans les domaines de l'immigration, de l'asile, du contrôle des frontières et des visas, à l'appui du principe de la libre circulation des personnes. Le programme de Stockholm, adopté en décembre 2009, définit les orientations stratégiques des politiques européennes correspondantes pour les cinq prochaines années. Il entend placer les citoyens au coeur des politiques dans ce domaine. Ces engagements européens en faveur de la protection des droits de l'individu ont d'ailleurs été réaffirmés par l'intégration de la Charte des droits fondamentaux dans le droit de l'Union suite à l'adoption du Traité de Lisbonne. Toutefois, ces velléités d'intégration européenne autour de principes communs, tels que l'interdiction de toute forme de discrimination et de respect des droits fondamentaux, se heurtent à la résistance des États memb...
  • Political Geography: Europe
  • Author: Elspeth Guild
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: L'expulsion de Roms bulgares et roumains d'Italie en 2009 et de France en 2010 a provoqué de nombreuses discussions, contestations et préoccupations. En ce qui concerne la France, les expulsions de Roms de juillet et août 2010 (des expulsions seraient encore en cours selon de nombreuses sources) ont eu de multiples conséquences : elles ont généré de la discorde au sein des institutions de l'Union Européenne ; elles ont amené le commissaire européen chargé des droits des citoyens à s'opposer au président français ; elles ont enfin provoqué de l'indignation au-delà de l'Union Européenne (UE). Curieusement, la question de l'effectivité et de l'efficacité de la politique d'expulsion n'a pas fait l'objet d'une attention particulière dans le débat politique. Pour combler cette lacune, il importe de dire un mot des objectifs de cette politique. Dans l'UE, l'expulsion d'individus est généralement entreprise afin de mettre un terme à la présence illégale d'individus sur le territoire d'un Ét...
  • Political Geography: Europe, France, Rome
  • Author: Didier Bigo
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: On aurait pu penser que les pratiques du gouvernement français à l'égard des Roms vivant en France allaient donner lieu à une série d'articles et de publications spécialisées qui discuteraient les fondements de ces logiques de suspicion, de détention, de circulation forcée, d'exclusion, et que seraient approfondies les raisons pour lesquelles les Roms sont pris à partie, bien plus que d'autres groupes sociaux.
  • Political Geography: Europe, France
  • Author: Antonin Cohen, Anna-Christina L. Knudsen
  • Publication Date: 06-2012
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Lors de la dernière élection présidentielle, en France, trois candidats sur dix étaient membres du Parlement européen – Eva Joly, Marine Le Pen et JeanLuc Mélenchon ayant tous été élus ou réélus lors des élections européennes de 2009. Mieux. Les six principaux candidats à la présidence de la République étaient ou avaient été membres du Parlement européen – François Bayrou, François Hollande et Nicolas Sarkozy ayant siégé, il est vrai peu de temps, durant la cinquième législature.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Antonin Cohen
  • Publication Date: 06-2012
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Les organisations intergouvernementales européennes restent trop souvent analysées de manière isolées les unes des autres. Cet article entend au contraire illustrer le processus d'institutionnalisation du champ du pouvoir européen en prenant pour objet les interdépendances évolutives entre ces différentes organisations. En analysant le recrutement parlementaire des quatre assemblées supranationales du Conseil de l'Europe, des Communautés européennes, de l'Union de l'Europe occidentale et de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord des années 1950 aux années 1970, cet article montre que le cumul des sièges au sein de ces assemblées tend à décroître au fil des années, contribuant à l'autonomisation de ce qui est alors rebaptisé « Parlement européen », ainsi qu'à la socialisation d'un nombre toujours croissant de parlementaires nationaux à la politique européenne supranationale. Il montre, en outre, la corrélation entre longévité, cumul des sièges et capital juridique, en isolant un petit groupe de parlementaires multipositionnés connus pour avoir joué des rôles très variés dans la construction européenne, comme Fernand Dehousse, PierreHenri Teitgen et bien d'autres. Cet article repose sur une base de données regroupant plusieurs centaines de parlementaires.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Guilloaume Sacriste
  • Publication Date: 06-2012
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: La polity communautaire, plutôt que d'avoir autonomisé une sphère du politique à l'image des processus d'émergence des Étatsnations occidentaux, apparaît comme un système politique institutionnalisant sa propre hétéronomie socioéconomique. C'est l'hypothèse défendue dans cet article en prenant comme point d'entrée le travail des parlementaires européens de la commission juridique de l'Assemblée communautaire des années 1960. Les logiques sociales ainsi mises en évidence permettent de conclure sur la nature des outputs de cette commission : ces derniers brouillent la distinction public/privé au principe des ÉtatsNations.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Ann-Christina L. Knudsen
  • Publication Date: 06-2012
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Cet article analyse les modes de recrutement et de circulation des 95 parlementaires britanniques et danois membres du Parlement européen (MPE) avant l'instauration du suffrage universel direct en juin 1979. Il s'appuie sur une étude prosopographique approfondie des biographies collectives et relationnelles des parcours de carrières politiques de ces députés, avant et après leur double mandat en tant que MPE. L'étude comparative montre la façon dont les parlementaires européens ont circulé dans la politique nationale et européenne, et comment des possibilités élargies de carrières politiques furent ainsi intégrées dans la vie politique de ces deux populations de parlementaires.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Aurelie Elisa Gfeller
  • Publication Date: 06-2012
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Cet article offre un éclairage sur la réinvention de l'institution parlementaire communautaire à la suite de l'introduction du suffrage universel direct en 1979. Il analyse la stratégie discursive des élus et de leur présidente, Simone Veil, qui firent valoir leur nouvelle légitimité démocratique pour asseoir leur autorité face aux fractions des élites européennes associées aux autres institutions communautaires ou à d'autres institutions transnationales. Il montre aussi comment les nouveaux élus mobilisèrent diverses ressources pour renforcer leur stratégie de légitimation : leurs compétences budgétaires limitées, mais aussi les visites et voyages officiels orchestrés par leur présidente et leur engagement sur un thème porteur dans l'opinion, les droits de l'Homme.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Reni Lefebvre, Guillarme Marrel
  • Publication Date: 06-2012
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: L'article analyse le processus d'investiture des candidats aux élections européennes de 2009 pour le parti socialiste français. Il montre que la constitution des listes obéit à des logiques endogènes fortes et prend peu en compte le capital européen des impétrants. En articulant sociographie qualitative et entretiens, il s'agit ici de saisir le plus finement possible les logiques multiples et contradictoires qui président à la fabrication des listes. La faible prise en compte de l'européanisation des candidats est liée à des variables conjoncturelles et situationnelles, mais aussi à des logiques plus structurelles. La multiplication des critères en jeu en 2009 décuple les incertitudes pesant sur le processus de négociation.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Mervyn Frost
  • Publication Date: 09-2012
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Dans un article intitulé « La reconnaissance entre les États : sur le substrat moral des relations internationales » Axel Honneth relève que dans le langage usuel, on parle souvent des États comme cherchant le respect et la reconnaissance de la part d'États étrangers. Nous comprenons aisément les États lorsqu'ils font valoir leur droit à une reconnaissance dont on les prive. Honneth souligne que « nous convenons volontiers que le comportement des dirigeants politiques de la Palestine, par exemple, ne peut être compris sans prendre en compte de telles aspirations à une reconnaissance ; que le gouvernement russe réalise de gros efforts pour imposer le respect aux pays occidentaux ou bien que pendant les mandats de Bush, les gouvernements d'Europe occidentale ont usé de relations et manouvres diplomatiques pour renouveler le respect de leur allié américain ». Pourtant, lorsque nous nous tournons vers la discipline des Relations Internationales (RI), nous constatons que la notion de rec...
  • Political Geography: Europe, Palestine
  • Author: Isabelle Delpla, Xavier Bougarel, Jean-Louis Fournel
  • Publication Date: 03-2007
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Le 11 juillet 1995, l'enclave et la ville de Srebrenica, en Bosnie orientale, tombaient aux mains des forces nationalistes serbes du général Mladic qui ont organisé le transfert forcé des femmes et des enfants, massacré plus de 7 500 Bosniaques et, dans les mois suivants, déterré et transporté les cadavres dans des fosses secondaires afin de dissimuler les traces du crime. L'enclave avait pourtant été officiellement déclarée « zone de sécurité » par les Nations unies en 1993, et ses habitants – dont des milliers de réfugiés venant de toute la Bosnie orientale – placés sous la protection de la communauté internationale, représentée en l'occurrence par un bataillon de casques bleus néerlandais. Le massacre de Srebrenica a été rapidement perçu comme le symbole des contradictions, erreurs et fautes, voire des crimes qui ont marqué la politique de « maintien de la paix » prônée par les grandes puissances et l'ONU en ex-Yougoslavie. L'horreur de ce dernier grand massacre de la guerre de Bosnie (1992-1995) a sans doute joué un rôle important dans l'intervention de l'OTAN contre les Serbes de Bosnie à la fin de l'été 1995 qui, à son tour, a conduit à la conclusion des accords de Dayton quelques mois plus tard. Le massacre de Srebrenica a ainsi été tristement fondateur pour l'Europe de l'après-Guerre froide, et notamment pour l'émergence d'une politique européenne de sécurité et de défense. A une échelle plus globale, l'issue tragique de la politique des « zones de sécurité » en Bosnie orientale a contribué à redéfinir les règles d'engagement et l'établissement des responsabilités nationales et internationales dans les opérations de type militaro-humanitaire.
  • Topic: Security, Cold War
  • Political Geography: Europe, Bosnia, Sochi
  • Author: Martin Moucheron
  • Publication Date: 01-2006
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: The 19th December 2003 law inserting specific terrorist infractions in the penal Code sets a new step in the evolution of the political offence in Belgium: the "political" moral element in the definition of those infractions has indeed been conceived as an aggravating circumstance, opposing in that way the principle of the "régime de faveur" (preferential treatment) established by the newborn Belgium and progressively restricted in its application. At a larger scale, this "de-politization" of the political offence through terrorism can lead to contemporary governmentality and democratic model which seem to induce an exclusion of ideology out of the field of what Foucault calls "the conditions of true and false". La loi du 19 décembre 2003 inscrivant au Code pénal des infractions terroristes spécifiques marque une nouvelle étape dans l'évolution du délit politique en Belgique. En effet, l'élément moral « politique » retenu dans la définition de ces infractions est conçu comme une circonstance aggravante, et contredit ainsi le principe du régime de faveur établi aux premières heures de la Belgique et progressivement restreint dans son application. Plus largement, cette « dé-politisation » du délit politique à travers le terrorisme renvoie à la gouvernementalité et au modèle démocratique contemporains, qui semblent induire une exclusion de l'idéologie hors du champ de ce qui constitue, selon Foucault, les « conditions du vrai et du faux ».
  • Topic: Terrorism
  • Political Geography: Europe, France, Belgium
  • Author: Antoine Megie
  • Publication Date: 06-2006
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: L'histoire, l'actualité et les dynamiques de la coopération judiciaire sont des enjeux forts pour l'Europe. Elément fondamental du champ de la sécurité, notamment en terme de légitimation du pouvoir de police, l'européanisation du domaine judiciaire renvoie aux questions existantes entre les problématiques européennes et les interrogations sur la gouvernementalité transnationale de la sécurité. Or, la coopération judiciaire en Europe est par trop souvent présentée de manière exclusivement institutionnelle et en dehors d'une analyse des processus d'européanisation que la sociologie de l'Europe nous offre à voir. Aussi, dans la ligne des précédents numéros de la revue dédiés à cette connaissance 1, ce nouveau numéro de Cultures Conflits est une invitation à une lecture de la production des normes pénales de l'Union européenne via la déconstruction du processus de fabrication des différents dispositifs d'arrestation et de reconnaissance des jugements adoptés depuis le Conseil européen de Tampere de 1999. Retraçant ainsi la généalogie de la coopération pénale européenne, à travers l'interrogation des mécanismes à l'œuvre, qu'ils soient politiques, cognitifs ou sociaux, ce numéro offre des moyens pour comprendre la façon dont le pouvoir d'arrêter et de punir a pu trouver, depuis le début des années 1990, une réalisation dans la dimension européenne 2.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Antoine Megie
  • Publication Date: 06-2006
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: L'objet de l'article est de tracer les pistes d'étude qui permettent de mieux comprendre les caractéristiques et les conséquences de la mise en place d'une coopération pénale à l'échelle européenne. Prenant en considération la littérature juridique et institutionnelle déjà importante sur ce sujet, il s'agit d'expliquer en quoi une approche historique en termes de processus constitue une première piste essentielle pour appréhender les différentes étapes de la construction d'un pouvoir pénal européen qui, loin d'être linéaire, apparaît plutôt comme intermittente et chaotique. Saisir les différentes phases de cette européanisation implique de travailler sur les moments de ruptures et de changements. La mise en évidence de ces instants critiques conduit, dans un second temps, à placer au cœur de l'analyse les interactions entre les acteurs via l'étude de leurs ressources sociales et de leurs représentations. La compréhension des logiques du champ de la coopération pénale permet, enfin, de donner du sens à la forme normative que revêt aujourd'hui le régime judiciaire européen notamment concernant le déséquilibre structurel qui existe en défaveur des droits procéduraux et des libertés civiles.
  • Topic: Political Economy, Political Theory
  • Political Geography: Europe
  • Author: Véronique Pujas
  • Publication Date: 06-2006
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Le processus d'émergence du paradigme de contrôle des fonds communautaires qui a trouvé une réalisation dans la création de l'Office européen de lutte contre les fraudes (OLAF) en 1999, illustre les tentatives d'institutionnalisation d'un espace judiciaire européen. Depuis les débuts de la mise sur agenda des problèmes d'évasion des ressources propres, la formulation de la problématique est surtout le fait des organes financiers européens. Mais le contexte des années 1990, qui voit la dénonciation des délinquances économiques et financières portée par les juges, va infléchir le débat vers l'instauration d'un Parquet européen présenté comme seul garant possible d'un contrôle de légalité des fonds européens. Toutefois, les rendez-vous institutionnels successifs depuis le traité de Nice tendent à invalider cette vision et réorienter le débat vers la promotion de la coopération des agences de contrôle nationales. Le renforcement de l'OLAF, entaché depuis ses débuts par des controverses, apparaît bien compromis.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Jacqueline Montain-Domenach
  • Publication Date: 06-2006
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: L'exercice du pouvoir judiciaire pénal des Etats se trouve confronté au mouvement « d'européanisation » de la coopération judiciaire, en relation avec la notion « d'espace de sécurité, de liberté et de justice » et avec l'évolution du pouvoir décisionnel de l'Union européenne dans ce domaine. Le pouvoir pénal est désormais soumis aux exigences d'efficacité de la sécurité européenne qui impose à la fois une reconnaissance de l'intervention des instances de l'Union, de nouvelles modalités de coopération et une acceptation de l'institutionnalisation, en concurrence étroite avec les modalités de la coopération policière. Ce processus introduit des mutations au sein même du pouvoir pénal, susceptibles d'ouvrir vers un nouveau modèle juridique de l'exercice du pouvoir dans le domaine pénal et qui annonce des éléments de rupture par rapport aux conceptions traditionnelles.
  • Political Geography: Europe
  • Author: François Lagrange
  • Publication Date: 09-2006
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Testimonies and historical analyses often identify the experiences of the combatants of the “Great War” to sacrifices. Nothing links them, at first looks, to the defined features of voluntary death (kamikazes or suicide-bombings). However some elements allow, at the margins, for example in the frame of the French experiences of WWI, to see common traits between the discourses on self-sacrifice on the one hand, voluntary death on the other. An analysis of the conceptions of military authors before 1914 allows reconstructing their radical vision of self-sacrifice in war leading to a valorisation of “certain death”. A complementary investigation reveals, at the beginning of the “Great War”, some cases of “certain death”. Although limited in number, these borderline-cases are significant. They shall not be overlooked in the comparative approach of the different senses and practices of self-sacrifice.
  • Topic: War, History
  • Political Geography: Europe
  • Author: Sylvia Preuss-Laussinotte
  • Publication Date: 12-2006
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Cet article traite des questions juridiques posées par les bases de données personnelles dans le cadre du recours aux technologies de sécurité, notamment en Europe. La relation entre sécurité et démocratie étant centrale, l'Union européenne a fait le choix de placer cette question sous l'angle du respect des droits fondamentaux. Mais, si la protection de la vie privée et son développement sous forme d'une protection spécifique des données personnelles semble précise dans les textes, dans les faits, elle apparaît comme très formelle et peu efficace, surtout dans le cadre des fichiers de sécurité. A cela s'ajoute une série de dysfonctionnements techniques non résolus et des problèmes soulevés par la transformation des données biométriques en véritables données publiques, stockées dans un nombre considérable de systèmes informatiques. Ces risques sont renforcés par l'objectif d'interconnexion de l'ensemble des fichiers de sécurité au niveau européen.
  • Topic: Security, Science and Technology
  • Political Geography: Europe
  • Author: Sylvia Preuss-Laussinotte
  • Publication Date: 12-2006
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Cet article vise à analyser, sous l'angle juridique, le rôle de l'Union européenne dans le choix des technologies de sécurité, choix qui s'est essentiellement traduit par le recours à la biométrie et aux bases de données, deux éléments indissociables. Ce choix l'a été dans un objectif de « cohérence juridique » présenté comme nécessaire pour l'élaboration d'une politique européenne de sécurité. Mais la réalisation de cet objectif reste contraint par une série de décisions extérieures à l'Union, notamment celles des Etats-Unis et de l'OACI. Il se heurte de plus à la réticence de certains Etats, et à la difficulté de mise en œuvre de cette « cohérence juridique », même en créant un « principe de disponibilité » complexe entre les Etats.
  • Topic: Security, Science and Technology
  • Political Geography: Europe
  • Publication Date: 06-2006
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Les dynamiques de la coopération judiciaire sont des enjeux forts pour l'Europe. Elément fondamental du champ de la sécurité, notamment en termes de légitimation du pouvoir de police, le processus d'européanisation du pouvoir judiciaire renvoie aux questions existantes entre les problématiques européennes et les interrogations sur la gouvernementalité internationale de la sécurité.
  • Topic: Government
  • Political Geography: Africa, Europe
  • Author: Paulo Sérgio Pinheiro
  • Publication Date: 09-2005
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Même dans des moments fondateurs de la démocratisation au Brésil, comme pendant les deux décennies suivant 1985, les vestiges de l'autoritarisme persistent. Je discute ici les questions relatives aux garanties constitutionnelles, en particulier les droits civils, et le fonctionnement du pouvoir judiciaire et de la police, en essayant d'attirer l'attention sur la violence endémique et les violations systématiques des droits humains sous les gouvernements constitutionnels démocratiques, en particulier des années 1990 à nos jours. J'y examine les efforts déployés au Brésil par le gouvernement et la société civile en vue d'un élargissement de la jouissance des droits de la personne à toute la population. Enfin, cet essai comporte également un témoignage sur mon bref passage au gouvernement fédéral du Brésil.
  • Topic: Civil Society, Democratization
  • Political Geography: Europe, France, Brazil
  • Author: Claudio Zanotelli
  • Publication Date: 09-2005
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: This article aims at understanding how homicides are distributed within the social space and the urban territory. The main questioning is to know whether homicides are linked to urban fragmentation and to the socioeconomic differentiations between the districts composing the town of Vitoria in the Brazilian State of Espirito Santo. We analyse homicides as revealing the marginalised populations'regulation. The article also deals with the question of homicide related data gathering and police behaviour.
  • Topic: Civil Society, Crime
  • Political Geography: Europe, France, Brazil, South America
  • Author: Jérôme Valluy
  • Publication Date: 03-2005
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: L'Europe des années 1930 nous a appris à quel point des cultures politiques peuvent se transformer sans que les générations concernées en aient la moindre conscience. Ce risque d'ignorance s'aggrave probablement lorsqu'on croit, comme souvent aujourd'hui, être immunisé mieux qu'autrefois contre les phénomènes idéologiques et les dérives qu'ils entraînent. A cet égard les sciences sociales endossent une responsabilité particulière : celle de pouvoir aider à détecter précocement de telles mutations et à les faire connaître. Cette fonction de recherche et de formation des esprits implique de comprendre les mouvements de société afin de bien en évaluer l'ampleur.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Jérôme Valluy
  • Publication Date: 03-2005
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: L'Europe politique offre une figure spécifique au regard des efforts actuels pour multiplier en son sein et chez ses voisins les dispositifs de regroupement forcé et d'enfermement des exilés (demandeurs d'asile, réfugiés, sans-papiers, clandestins…). La nouveauté réside moins dans l'existence de ces dispositifs que dans la facilité avec laquelle ils sont affichés dans l'espace public, comme instruments ou finalité de politiques publiques. Ceci révèle une transformation profonde des cultures européennes et de la gouvernance à l'égard des exilés, autrefois victimes à aider, aujourd'hui coupables menaçants. Hors cette convergence européenne, souvent imputée aux opinions publiques, passe par trois processus dont on peut montrer l'origine élitaire : la spirale du rejet des demandes d'asile, le tournant national sécuritaire à l'égard des étrangers et l'harmonisation européenne de la lutte contre l'immigration sous couvert de « justice, liberté, sécurité » (JLS). Les cultures politiques européennes se transforment ainsi sous l'effet de la montée en puissance d'une xénophobie de gouvernement.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Caroline Intrand, Pierre-Arnaud Perrouty
  • Publication Date: 03-2005
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Lutter contre l'immigration clandestine est devenue une des obsessions majeures des Etats de l'Union européenne. Les camps d'enfermement d'étrangers qui constituent la partie la plus visible du processus se multiplient ainsi dans tous les Etats membres. Le réseau Migreurop a tenté de les recenser, d'en dresser une typologie et d'analyser les logiques à l'œuvre. L'article développe ces recherches, en soulignant d'une part l'hétérogénéité de formes et d'organisation de ces lieux de relégation et, d'autre part, des traits communs inquiétants. Lieux de déshumanisation des migrants et de multiples violations des droits fondamentaux, ces camps présentent une efficacité relativement faible au vu de leurs objectifs - pour un coût opérationnel énorme, de telle sorte que la raison de leur existence se situe largement dans l'ordre symbolique. L'Europe n'en reste pas là puisque l'heure est à l'exportation de ces méthodes et de ses conséquences.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Nicolas Fischer
  • Publication Date: 03-2005
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Parmi les espaces d'internement destinés aux étrangers qui se multiplient aujourd'hui en Europe, les centres de rétention administrative présentent la particularité de se trouver directement au contact des sociétés occidentales, mais aussi de leurs espaces publics. Ces centres s'insèrent alors dans un dispositif plus général de détection des étrangers présents irrégulièrement sur le territoire des Etats Schengen. Il doivent à ce titre permettre de prélever sur eux une information favorisant leur éloignement du territoire ou tout au moins leur « traçabilité ». A travers l'exemple d'un centre de rétention français, cette contribution s'efforce d'analyser l'organisation de ce prélèvement de l'information, mais elle envisage également la manière dont cette organisation est infléchie voire déjouée par la possibilité d'un contact non formalisé et non maîtrisé des étrangers retenus avec l'espace public dont ils ont été retranchés, notamment à travers le transport de l'information par les équipiers de la Cimade présents au centre.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Claire Rodier, Catherine Teule
  • Publication Date: 03-2005
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: La République de Malte, située à mi-chemin entre le continent européen et l'Afrique, est depuis toujours à la croisée des circuits migratoires. Avec l'élargissement du 1er mai 2004, Malte est devenue une des portes d'entrée de l'Union européenne pour des centaines de personnes qui échouent par choix ou plus souvent par hasard sur ses plages. Pour faire face à ce phénomène, les autorités maltaises ont mis en œuvre une politique d'enfermement systématique des étrangers qui arrivent irrégulièrement, y compris lorsqu'il s'agit de demandeurs d'asile. Les conditions matérielles de détention ne répondent pas aux standards minimums en matière d'hygiène et de respect de la vie privée. Ceux qui sollicitent l'asile sont soumis à un régime incompatible avec les normes internationales. Par ailleurs, même si Malte accorde un certain nombre de permis de séjour à caractère humanitaire, la sortie des « camps » ne se traduit pas par une intégration dans le pays, où aucune politique d'accueil des réfugiés n'est organisée. La plupart d'entre eux rejoignent donc d'autres pays de l'UE où ils ont vocation à devenir sans-papiers. Mais c'est bien de l'Union européenne que dépendent les solutions pour éviter que Malte ne transforme sa politique de contrôle des frontières en machine répressive aux seules fins de dissuader les réfugiés.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Abdelkrim Belguendouz
  • Publication Date: 03-2005
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: The political evolution of Europe, the anti-migration policies of European States, and those called "justice, liberty, security" (JLS) weight more and more on the Maghreb countries. Through cooperation and dominated partnerships, Europe imposes its neighbours to subcontract the tracking down, dissuasion and moving away of migrants. Having a financial interest in such collaboration Morocco becomes, as its neighbour countries, an advanced experimentation terrain for the logics of repression and locking of those who exile towards Europe. The euro Mediterranean relations are therefore increasingly oriented by this fight against immigration.
  • Topic: Security
  • Political Geography: Europe, Morocco
64. Foreword
  • Publication Date: 03-2005
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: No abstract is available.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Didier Bigo
  • Publication Date: 06-2005
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: This article suggests a discussion on the premises on which rest a specific vision of global (in)security – as a "natural" consequence of the attacks suffered by the US, Australia, Turkey, Spain, and very recently the United-Kingdom – and the corollary of a unique and efficient solution: the globalisation of security professionals and their cooperation against barbarism. Referring to Pierre Bourdieu and Michel Foucault's works, the author tries to understand when and how this discourse on the "globalisation of (in)security" developed through the notions of field of the professionals of unease management and of transnationalisation of (in)securisation processes. A particular attention is given to the way in which these processes are linked to the transformations of political violence but also to the European and Transatlantic development of the police, military, and intelligence agencies, to their structuration in a professional field, and to their effects on our societies of risk, doubt, and uncertainty. Cet article se propose de discuter les prémisses sur lesquelles repose une certaine vision de l'insécurité globale – conséquence « naturelle » des attentats ayant frappé les Etats-Unis, l'Australie, la Turquie, l'Espagne et tout récemment le Royaume-Uni – et le corollaire d'une solution efficace unique : la mondialisation des professionnels de la sécurité et leur collaboration contre la barbarie. Prenant appui sur les travaux de Pierre Bourdieu et de Michel Foucault, l'auteur se propose de comprendre quand et comment s'est développé ce discours sur la « mondialisation de la sécurité » à travers les notions de champ des professionnels de la gestion des inquiétudes, et de transnationalisation des processus d'(in)sécurisation. Une attention particulière est portée sur la manière dont ces processus sont liés aux transformations de la violence politique mais aussi au développement européen et transatlantique des appareils policiers, militaires, de renseignement, à leur structuration en un champ professionnel, et à leurs effets sur nos sociétés du risque, du doute, de l'incertitude.
  • Topic: Security
  • Political Geography: United States, United Kingdom, Europe, Turkey, Spain, Australia
  • Author: Valsamis Mitsilegas
  • Publication Date: 06-2005
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Recent years witnessed calls for the intensification of surveillance and the monitoring of people globally. This article will examine this intensification of surveillance in the European Union, by analysing legislation requiring carriers to transmit to immigration authorities passenger data, an agreement between the Community and the US on the transfer of passenger name records (PNR) to US authorities, and EU plans to introduce biometrics in passports and visas and enhance the interoperability of EU databases (such as SIS and VIS). These developments, justified by a 'war on terror' discourse, widen the net of surveillance and raise a number of questions regarding legitimacy, democracy and the protection of fundamental rights in the EU. They also appear to be at odds with the concept of the EU as a borderless area. The article will address these issues by analysing the negotiations, content and implications of these initiatives. Ces dernières années les demandes d'intensification de la surveillance et des contrôles du mouvement des personnes au niveau mondial se sont développées. Cet article examine cette intensification de la surveillance au sein de l'UE en analysant la législation obligeant les transporteurs à fournir les données personnelles des passagers aux services d'immigration, un accord entre l'UE et les Etats-Unis sur le transfert des « passenger name records » (PNR) aux autorités américaines, et les plans européens d'introduction de données biométriques aux passeports et visas et d'amélioration de l'interopérabilité des bases de données européennes (SIS et VIS notamment). Ces développements, justifiés par un discours de « guerre au terrorisme », élargissent le réseau de la surveillance et soulèvent un certain nombre de questions sur la légitimité, la démocratie, et la protection des droits fondamentaux dans l'UE. Ils apparaissent également en décalage avec le concept de l'UE comme espace sans frontières. Ce texte abordera ces questions en analysant les négociations, le contenu et les implications de telles initiatives.
  • Topic: Development
  • Political Geography: Europe
67. Foreword
  • Publication Date: 06-2005
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: In the current context of the "global war against terrorism", the doctrines of national security are being extended to the whole of the world. They are one of the dimensions of the new dynamics of exception putting security in the forefront as the most central value, thus relegating liberty and justice to past times. Through the presentation of the research initiated by three teams of the European programme ELISE (European Liberty and Security), this new issue of Cultures Conflits tries to shed new light on these security dynamics. It tries to rearticulate the relations between practices of exception and logics of enmity and suspicion. This issue replaces the current focus on the analysis of the 9/11 attacks and the finding of an easily accessible explanation by a focus on the understanding of antiterrorist policies and of their consequences on social cohesion. Thus the contributions of this issue shed new and more critical light on these political “responses” that lead some to present as “new” what is not. They show that by adopting a very broad definition of emergency, these responses transform suspicion into a “certainty” and this “certainty” into a proof of guiltiness.
  • Topic: Security
  • Political Geography: Europe
  • Publication Date: 09-2005
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: In France as in Brazil, violence and its modes of usage are thesubject of vivid and intense debates. The acts of violence inquestion have, however, little in common. The authors of this newissue of Cultures Conflits propose to examine the terms of thesedebates that feature and combine in complex shapes myths of nationaldemocracies, media representations, and the (in)abilities of thestate to effectively regulate the social sphere. These Franco-Brazilian dialogues on violence and democracy are part of a largercultural exchange linking since long Latin America and Europe - as Glauber Rocha and Roberto Rossellini remind us. An asymetricexchange, if any, marked by the feeling of being perpetually trappedin an unfinished development. This has, however, never prevented themto show significant inventive capacities, .Confllictual dialogue, useful when the (re)discovery of self isdeveloped through the mirror of the other.
  • Topic: Development
  • Political Geography: Europe, Brazil